Longue durée

L’évolution des marchés actions (indices et cours des valeurs) ne peut finalement que poursuivre une tendance déjà bien installée (haussière ou baissière), ou encore ne suivre aucune tendance claire et dériver plus ou moins obliquement ou latéralement à l’intérieur d’une figure d’indécision ; enfin changer de tendance de fond par inversion ou retournement de trend.

Avertissement : les coauteurs ne prétendent pas ici livrer une méthode clés en main ou prête à l’emploi infaillible et universelle. Ils ne se sentent pas responsables des conséquences financières dans la gestion des portefeuilles, sur le modèle de trading proposé dans cet ouvrage, qui a fonctionné en 2004 et 2005, mais qui n’est pas garanti de fonctionner aussi efficacement à l’avenir. Toutes informations, données financièrse et exemples commentés d’achats et de ventes relatifs aux instruments financiers, sont données à titre indicatif. Les coauteurs déclinent toute responsabilité dans l’utilisation qui pourrait être faite de ces informations et des conséquences qui pourraient en découler…

Observation participante de longue durée

 La méthodologie suivie dans cet ouvrage tente de sortir de la pensée représentative qui est une mise à distance par rapport à l’objet étudié, le système de trading d’un intervenant, pour passer à une approche compréhensive de son mode d’intervention pratique en situation ; ne pas se contenter d’une approche objectivisante et extérieure de type théorique/descriptive/fonctionnel, mais rentrer dans la psychologie du trader face à ses écrans, devant son desk, sa plateforme de trading.

Dans le même esprit que le premier livre de l’auteur, le choix de l’observation empirique sur le terrain a été fait : en effet, si le trading se nourrit de théories (chartiste, technique et bougiste), il ne peut véritablement s’apprendre que devant les écrans ; de plus, la ligne éditoriale des Editions Edouard Valys reste fondamentalement empirique et pratique ; le chartisme et l’analyse technique n’étant pas encore des sciences exactes (et pas une science du tout d’ailleurs, tellement est faible leur fiabilité et leur prédictibilité/reproductibilité), le trading continuera d’être un art de la prévision et du prolongement des courbes, une technique de gestion à vue de l’incertitude, un apprentissage empirique où l’expérience et le feeling de marché l’emportent sur la rationalité scientifique ; au-delà de ces quelques remarques épistémologiques, le coauteur a donc fait le choix de s’immerger dans l’univers quotidien de Sylvain et de le suivre pas à pas, de la préouverture vers 8h00 des marchés français, jusqu’à la clôture de 17h30 et même au-delà pour le debriefing.