Acheter la rumeur et vendre le fait

Pour les valeurs où je suis investi sur une grosse position, je surveille le calendrier prévisionnel des annonces et publications plusieurs semaines à l’avance, afin de ne pas me faire surprendre bêtement par une info prévisible au niveau de la date que je n’aurais pas remarquée ; les marchés réservent déjà tellement d’incertitudes et de mauvaises surprises qu’il vaut mieux essayer de prévoir ce qui peut l’être pour minimiser les mauvais coups ; c’est quand même dommage de se faire surprendre par la publication d’une news prévue à l’avance et le mieux encore c’est d’anticiper.... Read More

continue reading Acheter la rumeur et vendre le fait

La croissance de l’activité

Je pense vraiment qu’une valeur et c’est un peu la même chose pour un indice tradable avec Optionweb bien sur ne peut pas aller à contre courant très longtemps de ses fondamentaux propres : si les fondamentaux microéconomiques d’une société se dégradent (croissance de l’activité, rentabilité, prévisions…), son cours de Bourse sera affecté plus ou moins rapidement ; de même si les fondamentaux macroéconomiques d’une nation (croissance du PIB, taux de chômage, niveau de l’inflation…) se détériorent les indices statistiques de référence ne tarderont pas à revenir au contact avec de la réalité à brève échéance et la monnaie de cette nation va dérouiller sur le marché des devises.... Read More

continue reading La croissance de l’activité

L’effet janvier

Entre 23h00 et 14h30 heure française les volumes traités sur les contrats futures US ne sont pas si importants que ça surtout si aucun chiffre ni stat importants ne sont attendus par le marché ; les futures US n’ont pas beaucoup de significations quelques heures avant l’ouverture des marchés US en pré-market sauf peut-être comme préindicateur de tendance à une demi heure de l’ouverture ; les contrats qui représentent l’indice sont corrélés à l’indice et s’est tout ; il ne faut donc pas donner trop d’importance à cet indicateur à ce moment là sauf lorsqu’il est très marqué : très vert ou très rouge.
Le premier mois de l’année boursière est souvent l’un des mois les plus volatils ; c’est une période de redistribution des cartes entre gérants ; les portefeuilles connaissent des rotations importantes même si celles-ci ont déjà commencé en décembre avec les habillage de portefeuille ; de plus le premier mois de l’année, même les premières séances annuelles donnent un peu le ton pour le reste de l’année, même si ce n’est pas un fait toujours vérifié, janvier donne une tendance d’entrée ; avec un peu d’observation en particulier au niveau des volumes échangés on voit quelles valeurs vont être jouées par les gérants de portefeuille, celles qui seront écartées, celles qui seront privilégiées etc. ; les valeurs qui vont connaître une phase de rattrapage sur le reste de la cote, les prises de bénéfices sur celles qui ont bien montées l’année précédente ; c’est vraiment le mois à ne pas rater et mieux vaut prendre ses vacances d’hiver à un autre moment pour être là où ça se passe quand ça se passe.... Read More

continue reading L’effet janvier

Concernant les futures US

J’essaye donc de ne pas trop me focaliser sur ces artefacts qui sont plus des éléments de parasitage du marché que des facteurs susceptibles d’orienter la tendance ; l’approche d’une stat importante et attendue, comme le chômage US provoque toujours plus ou moins la nervosité du marché y compris en France ; mais cette volatilité de court terme intéresse davantage les day traders ou les scalpeurs que les swingers comme moi ; à la limite ces stats je m’en fiche un peu je les suis de loin et je m’intéresse surtout à la façon dont le marché les interprète ou les digère ; mais ce n’est pas le plus important de toute façon ; peu importe la news en elle-même, c’est la façon dont le marché réagit qui compte.
Il s’agit d’un facteur très important qui impacte le marché français dès l’ouverture à 9h00 en plus de la clôture de la veille à New York ; cette variable des futures est surtout valable dans une logique intraday et son impact est plus fort en début d’après midi que le matin par exemple sauf si ces futures US sont déjà très verts ou très rouges ; il ne faut pas oublier que la marge de manœuvre du CAC est limitée en dehors du marché directeur US et il ne pourra pas faire cavalier seul bien longtemps à contre tendance des indices américains même si depuis l’année 2005 on remarque une certaine émancipation des marchés européens par rapport au grand frère américain.... Read More

continue reading Concernant les futures US

Le taux recule et le marché réagit

Que ce soit les indices de confiance, de moral des ménages, les indicateurs et précurseurs de tendance et d’activité industrielle ou dans les services, des réserves de pétrole, etc., on ne peut pas dire d’avance comment le marché va réagir : le chiffre est plutôt bon mais les experts attendaient plus et le marché US ouvre en baisse avant de se reprendre le lendemain ; la stat n’est pas très bonne mais le marché réagit favorablement quand même.
Les statistiques du chômage US sont particulièrement suivies surtout l’évolution mensuelle des inscriptions ; là aussi les réactions du marché sont contradictoires : les chiffres du chômage sont meilleurs que prévus et le marché baisse car il craint un emballement de l’activité économique et une hausse à venir des taux d’intérêt par la FED ; les chiffres sont moins bons qu’attendus (plus d’inscrits au chômage ou moins d’emplois crées) et le marché monte car la menace de la hausse des taux recule ?... Read More

continue reading Le taux recule et le marché réagit

La baisse du moral

Mais lorsque le marché reste fondamentalement haussier comme en ce moment la hausse du pétrole ne peut que le freiner momentanément mais pas le faire plier car aux USA en tout cas, la croissance reste solide et la rentabilité des sociétés aussi ; le pétrole est donc plus un élément de parasitage de la hausse qu’un facteur de retournement moyen terme des marchés.
Les marchés réagissent plutôt négativement sur le coup surtout si la hausse des taux d’intérêt par la FED sont supérieurs à ceux attendus même si depuis longtemps cela n’a pas été le cas, puisque la hausse s’effectue depuis un an par paliers de 0,25%, soit 25 points de base ; le resserrement de la politique monétaire aux US est vécu comme une conséquence des risques inflationnistes qui font redouter la baisse du moral et donc de la consommation des ménages mais également les anticipations négatives des entreprises sur la demande des ménages ; une politique monétaire moins accomodante est une menace pour le financement par le crédit qui devient plus cher, des biens de consommation et d’investissement, l’immobilier en particulier pour les ménages est impacté fortement à moyen terme ; c’est donc a priori une mauvaise nouvelle qui doit être nuancée par le fait que la hausse des taux d’intérêt peut être le signe d’une activité économique dynamique qui provoque de l’inflation ; en cas de baisse des taux il peut se produire la réaction inverse : réaction positive du marché dans un premier temps qui montre que l’inflation n’est pas une menace à court terme ; par contre la baisse des taux d’intérêt peut s’expliquer par la faiblesse de la consommation et de la croissance économique qui est plutôt une menace pour la rentabilité des entreprises à moyen terme ?... Read More

continue reading La baisse du moral

Taux d’intérêt

D’autres news impactent les marchés – même si c’est de façon plus marginale – il s’agit des stats US et en particulier des statistiques du chômage (taux de chômage et surtout inscriptions mensuelles) et des taux d’intérêt ; je parlerai ensuite un peu des futures US et quelle place je leur donne dans mon approche trading.
– Concernant le ratio EUR/USD
Il est clair que quand la devise européenne s’apprécie par rapport à la devise US les marchés européens sont impactés à la baisse ou alors ils montent beaucoup moins vite si la tendance est haussière, les marché américains eux profitent normalement d’un affaiblissement du dollar ; cela s’explique par les craintes à propos de la compétitivité des produits européens par rapport aux américains surtout pour les sociétés fortement exportatrices et les technos, SSII, etc.... Read More

continue reading Taux d’intérêt

Le cours du pétrole

On peut dire que ce dernier avec l’évolution du dollar par rapport à l’euro est parmi les deux variables qui impactent le plus les marchés européens mais de façon différente : alors que le prix du pétrole peut avoir souvent des effets violents à court terme (statistiques des niveaux des stocks pétroliers et productions dans le moyen-orient) le ratio EUR/USD a des conséquences plus importantes encore sur les marchés à moyen terme.... Read More

continue reading Le cours du pétrole

Comment j’utilise le flux

Le matin entre trente minutes et une heure avant l’ouverture du marché je fais une revue de presse sur mon provider de news : je fais une synthèse des annonces macro et micro importantes et je tente de repérer les titres qui pourraient décaler en fonction de cette actualité.
– Les annonces macroéconomiques
Comme je suis un nombre limité de valeurs c’est davantage les news microéconomiques qui m’intéressent que les news macroéconomiques ou géopolitiques ce qui ne veut pas dire que je ne m’y intéresse pas car les plus importantes d’entre elles impactent l’ensemble du marché, donc plus ou moins toutes les valeurs.
Deux variables impactent particulièrement le marché au niveau macro, il s’agit du ratio EUR/USD et du prix du pétrole (light and crude) mais le prix du pétrole impacte plus les marchés à court terme alors que le ration EUR/USD à davantage de conséquences sur le moyen terme ; cependant ce n’est pas une règle absolue juste une observation personnelle.... Read More

continue reading Comment j’utilise le flux

Rhodia

Une belle SSII, mais très volatile et très nerveuse avec de gros volumes traités ce qui la rend toujours confortable à trader ; valeur très spéculative qui revient aussi de loin : de 90 euros en 2000 à 2,03 euros en 2003 sur un excès baissier correspondant à un plus bas historique ; le moins que l’on puisse dire c’est que c’est du volatil cette valeur ; comme les autres SSII elle est sensible à l’évolution des indices technologiques.
De plus de 20 euros en 2000 et 2001 voilà un titre qui a connu une descente aux enfers un peu comme Alstom et a touché le fond au plus fort de la spéculation baissière de 2004 avec un plus bas historique à 0,88 euro (intégrant le club très fermé des penny stocks pendant quelques semaines) ; une société du secteur de la chimie fine (pharmacie et cosmétique) mais qui appartient à la niche industrielle de la chimie plus rentable de spécialités, recapitalisée plusieurs fois au prix d’une énorme dilution de son capital pour éviter le dépôt de bilan suite à un endettement massif ; elle est d’une grande volatilité et réagit en fonction de son actualité ou de celle des sociétés qui se partagent une partie de son capital (Sanofi-Aventis par exemple) ; elle tient bien la tendance sur le court terme et peut monter ou descendre pendant plusieurs semaines quelque soit la tendance du marché.... Read More

continue reading Rhodia